450 580-PIED

Foire aux questions

  • Qu’est-ce qu’un podiatre ?

    Le podiatre est un professionnel de la santé régi par le Code des professions du Québec, la Loi sur la podiatrie et le Code de déontologie des podiatres. Il évalue et traite les affections et maladies du pied qui ne sont pas des maladies du système par des moyens médicaux, chimiques, pharmaceutiques, chirurgicaux, mécaniques ou des manipulations.

    En plus d’offrir des conseils sur la santé et l’hygiène des pieds, le podiatre peut prescrire et administrer certains médicaments, exécuter des chirurgies mineures et prescrire, fabriquer ou modifier des orthèses podiatriques.

    En plus d’être régi par la Loi sur la podiatrie, le podiatre, en tant que membre d’un ordre professionnel, est également soumis à l’inspection professionnelle, au Code de déontologie des podiatres, à plusieurs règlements et normes de qualité encadrant sa pratique et au Code des professions du Québec, ce qui n’est pas le cas d’un non professionnel.

    Référence : Ordre des podiatres du Québec

  • Quelle est la différence entre le podiatre, l’orthopédiste, l’infirmière en soins podologiques, l’orthésiste, le pédicure, l’hygiéniste en soins des pieds et le podologue ?

    Le podiatre est un professionnel de la santé habilité à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique.

    L’orthopédiste est un médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

    L’infirmier(ère) en soins podologiques est un(e) infirmier(ère) ou un(e) infirmier(ère) auxiliaire qui détient une formation de 160 heures en soins des pieds. L’infirmier(ère) en soins podologiques ne peut pas traiter de pathologies sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin.

    L’orthésiste a suivi une formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.

    Le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ont reçu une formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme.

    Le podologue a reçu une formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrie et qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi.

    Référence : Ordre des podiatres du Québec

  • Est-ce que mes assurances couvrent certains services podiatriques offerts à la clinique ?

    Les frais podiatriques sont souvent couverts par les assurances privées. Il est important de s’informer auprès de votre compagnie à savoir qu’elle est votre couverture d’assurance. Les remboursements varient d’une compagnie d’assurance à l’autre. Pour ce qui est de la portion qui n’est pas remboursée par votre assureur, il est important de savoir qu’elle peut être ajoutée aux frais médicaux déductibles dans votre rapport d’impôts. Conservez bien vos reçus.

  • Quelle est la différence entre l’orthèse d’un podiatre et celle d’un orthésiste ?

    Puisque le podiatre diagnostique et traite les affections locales du pied et que l’orthèse qu’il prescrit traite et corrige un problème, la prescription qu’il ordonne est très précise.

    L’orthésiste est tenu de fabriquer une orthèse conforme aux directives indiquées sur l’ordonnance du podiatre. Par contre, il n’est pas habilité à corriger lui-même un problème de pied, puisque contrairement au podiatre et au médecin, il n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à modifier mécaniquement la position du pied.

    Référence : Ordre des podiatres du Québec

  • Quelle est la formation d’un podiatre ?

    La formation du podiatre est un doctorat en médecine podiatrique qui se compare à celle d’un dentiste.

    La formation menant au titre de docteur en médecine podiatrique représente 1770 heures de formation théorique et plus de 2300 heures de formation pratique sur une période de quatre ans.

    Le programme de doctorat en médecine podiatrique, le premier du genre dans le système universitaire québécois et canadien, est offert à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) depuis 2004.

    Une entente de collaboration entre l’UQTR et le New York College of Podiatric Medicine fait en sorte que certains cours sont donnés à Trois-Rivières par des professeurs américains et qu’un stage obligatoire de quatre mois est prévu à New York en fin de parcours.


    Référence : Ordre des podiatres

  • Est-ce que les frais podiatriques sont couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec RAMQ (carte-soleil) ?

    Les consultations en podiatrie ne sont pas couvertes par la RAMQ sauf pour les programmes donnés dans certains hôpitaux en soins de plaies spécialisés.

  • Arthrose

    L’arthrose se caractérise par une dégénérescence du cartilage articulaire. Elle apparaît souvent à la suite d’un excès de mouvement ou pression sur les articulations. Le cartilage se détruit sans pour autant se régénérer suffisamment pour enrayer la dégradation.

  • Bosse sous-cutanée (kyste synovial)

    Le kyste synovial ressemble à une bosse flexible que l’on retrouve sous la peau dont la taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Le kyste synovial est rempli d’un liquide clair et visqueux que l’on nomme liquide synovial.

    Tout dépendamment de la localisation et de la grosseur du kyste synovial, il peut être recommandé d’en faire l’aspiration pour évacuer le liquide suivi d’une injection de cortisone. Les kystes ont un taux de récurrence très élevé. Dans certains cas, il est recommandé d’en faire l’excision définitive par chirurgie.

  • Bursite

    Les bourses sont des petits sacs ou poches naturelles remplies de liquide qui ont pour rôle de limiter la friction lors de mouvements. Elles sont situées autour des articulations entre les tendons et les os. Lorsque cette bourse reçoit trop de pression ou frottement, il se crée de l’inflammation. C’est ainsi qu’apparaît la bursite.

  • Capsulite

    Une capsulite est une inflammation de la capsule, une membrane qui entoure l’articulation. Les articulations métatarso-phalangiennes sont les plus touchées dans le pied.

    La capsulite peut se développer par :

    • un effort prolongé, par exemple une longue marche
    • des chaussures inadéquates selon votre type d’activité
  • Cor plantaire et callosité

    La callosité ou cor plantaire se résume en l’épaississement de la couche cornée causée par une pression excessive ou un frottement répétitif.

    Callosité

    On parlera de callosité ou hyperkératose lorsque cet épaississement est plus diffus. Il faut toujours être vigilant puisque cette condition, aussi banale qu’elle puisse paraître, peut s’aggraver et former des fissures superficielles ou profondes.

    Les fissures deviennent des portes d’ouverture pour les bactéries et peuvent augmenter le risque d’infection. Soyez attentif à vos pieds.

    Cor plantaire

    À l’inverse de la callosité, lorsque cet épaississement de peau est davantage localisé, on parlera d’un cor. Cette affection du pied donnera l’impression d’avoir une roche localisée dans le pied, ce qui peut s’avérer très inconfortable à la marche.

  • Démarche atypique (pieds vers l’intérieur ou l’extérieur)

    La démarche, que ce soit les pieds vers l’intérieur ou les pieds vers l’extérieur, s’avère tout à fait normale selon les différents stades de développement chez l’enfant. Un enfant qui commence à faire ses premiers pas adoptera une démarche beaucoup plus large avec les pieds tournés vers l’extérieur pour augmenter sa base de support et être plus stable au sol.

    Au fur et à mesure que la musculature se développe, l’enfant deviendra de plus en plus stable et les pieds se trouvent à reprendre une position adéquate et plus droite.

    Advenant qu’une démarche vers l’intérieur ou l’extérieur persiste quelques mois après le début de la marche et que vous remarquez que votre enfant trébuche régulièrement, il est suggéré de consulter votre podiatre pour obtenir un plan de traitement adapté au développement de votre enfant.

  • Démarche sur la pointe des pieds

    Il existe plusieurs causes en lien avec la démarche sur le bout des orteils chez les enfants. Il est important d’en valider la provenance pour ensuite trouver la solution afin de corriger la démarche de l’enfant dès son jeune âge.

    Plusieurs composantes peuvent mener à ce type de démarche :

    • Mauvaises habitudes que l’enfant peut adopter
    • Hypersensibilité sensorielle, phénomène par lequel l’enfant aurait une amertume ou dégoût face aux différentes textures du sol
    • Rigidité au niveau des mollets, ce qui empêche l’enfant de déposer le talon complètement au sol naturellement
    • Dans des cas plus rares, il peut survenir un trouble neurologique pour lequel il y a un retard dans le développement moteur
  • Déviation des genoux (Genu valgum & genu varum)

    Genu valgum

    Le genu valgum est une déviation du membre inférieur pour laquelle les deux genoux se touchent en position debout alors que les chevilles sont écartées. Les jambes ont l’apparence d’un X.

    Il est tout à fait normal de l’observer chez les enfants âgés de 3 à 6 ans, mais devrait se corriger naturellement dès l’âge de 7 ans.

    Genu varum

    Dans le cas d’un genu varum, les genoux ne sont pas collés l’un à l’autre et les chevilles se touchent très facilement. Nous l’observons naturellement de la naissance à 18 mois et devrait se corriger naturellement vers l’âge de 2 ans.

    Dans les deux cas, les pressions exercées au niveau des genoux ne se font plus aux endroits habituels et des douleurs peuvent apparaître. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter votre podiatre afin de valider si votre enfant suit la courbe de normalité pour son âge.

  • Douleur de croissance

    Une douleur de croissance se reconnaît par une douleur aux jambes, aux genoux et aux pieds. En général, elle se fait ressentir surtout en soirée ou pendant la nuit après que l’enfant ait fait un effort physique prolongé durant la journée.

    Les douleurs de croissance affectent 50% des enfants, surtout ceux qui grandissent rapidement. Une poussée de croissance provoque des étirements musculaires, ce qui engendre une forte traction au point d’insertion du muscle. Cette douleur peut se faire ressentir pendant quelques heures, voire quelques jours.

    Lorsque la douleur persiste sur plusieurs jours, il est possible que la cause soit d’origine biomécanique. Dans ce cas, il est recommandé de faire une évaluation afin de cibler la source de la douleur et valider si le port d’orthèses plantaires est nécessaire.

  • Eczéma

    L’eczéma est une des maladies de peau les plus fréquentes. Les symptômes peuvent varier d’un individu à l’autre. L’eczéma n’est pas contagieux.

    Manifestations reliées à l’eczéma :

    • Démangeaison
    • Inflammation
    • Irritation
    • Rougeur
    • Sécheresse
  • Entorse

    L’entorse, observée en traumatologie du sport, est très fréquente au niveau de la cheville. Elle se produit lorsqu’il y a étirement ou déchirure d’un ligament ou plusieurs ligaments qui entourent l’articulation.

    Les symptômes fréquents :

    • Douleur
    • Difficulté à bouger l’articulation
    • Oedème
    • Hématome
    • Possibilité de fracture dans un cas plus grave
  • Épine de Lenoir

    L’épine de Lenoir est une petite excroissance osseuse ou dépôt de calcium qui se forme au site de l’insertion du fascia plantaire sur le talon. Cette condition, observable par radiographie, est une conséquence d’une trop forte traction du fascia plantaire au fil des années. L’épine de Lenoir est en soi non douloureuse. Par contre, la douleur ressentie au pourtour de cette épine est en réalité l’inflammation causée par la fasciite plantaire.

  • Fasciite plantaire

    La fasciite plantaire est une inflammation du ligament fibreux que l’on nomme fascia plantaire. Lorsque le pied subit trop de pression par une surutilisation, la pratique d’un sport, un trouble d’origine biomécanique ou un traumatisme, il se produit des microdéchirures de ce ligament, ce qui amène une douleur vive au talon ou à l’arche plantaire. Les symptômes se manifestent davantage le matin lors des premiers pas après une période de repos ou en fin de journée.

  • Fracture de stress

    Une fracture de stress, communément appelée fracture de fatigue, est une lésion incomplète de l’os causée par une surcharge, un stress répétitif, une surutilisation ou un surentraînement lié à la pratique d’un sport.

    La fracture de stress n’est pas une fracture franche de l’os, mais bien un affaiblissement d’une zone osseuse. Ce type de fracture est une fissure fine de l’os sans déplacement osseux.

  • Hallux abducto-valgus (oignon)

    L’oignon ou hallux abducto-valgus, est une condition causée par une déviation osseuse du premier métatarse et du gros orteil. Cette condition peut être d’origine biomécanique, héréditaire ou occasionnée par le port de mauvaises chaussures. L’apparition de cette pathologie se développe à travers le temps. Il est possible d’observer une protubérance osseuse sur le côté interne du pied, une rougeur, une irritation et dans certains cas, une douleur est ressentie lors du mouvement de l’articulation.

  • Inégalité du membre inférieur

    L’inégalité dans la longueur des jambes a un impact considérable sur l’alignement, le fonctionnement et l’équilibre musculo-squelettique des structures du membre inférieur que ce soit pour le dos, les hanches, les genoux, les chevilles et les pieds. Un examen biomécanique plus approfondi incluant une analyse de la posture et de la démarche est recommandé pour bien cibler la problématique afin de rééquilibrer la posture et prévenir les douleurs.

  • Névrome de Morton

    Il s’agit d’une condition inflammatoire qui se caractérise par une compression nerveuse entre les 3e et 4e métatarses. Les gens qui en souffrent peuvent avoir l’impression de marcher sur une bosse ou sur un pli de bas, voire même ressentir des engourdissements dans les orteils. La douleur est accentuée par le port de chaussures trop étroites exerçant plus de pression sur les côtés de l’avant-pied.

    On note l’apparition de douleur sous forme de :

    • brûlures
    • chocs électriques
    • perte de sensation de l’avant-pied ou des orteils
  • Ongle incarné

    L’ongle incarné ou onychocryptose est une pathologie qui se forme lorsque l’ongle pousse directement dans la peau qui l’entoure. Il se crée une rougeur localisée, une douleur à la pression et un inconfort dans les chaussures.

    Facteurs prédisposants :

    • Chaussures trop étroites
    • Ongles incurvés
    • Ongles mycotiques ou ongles épais
    • Mauvaise coupe de l’ongle
    • Prédisposition génétique
  • Ongle mycotique

    L’ongle mycotique ou onychomycose est une infection fongique qui est très courante. Les champignons sur les ongles se développent davantage lorsqu’il y a présence d’humidité, chaleur et noirceur. Cette infection est contagieuse, donc il est essentiel de la faire traiter pour éviter la propagation sur les autres ongles.

    L’ongle atteint va changer d’apparence. Il peut y avoir une décoloration, décollement et même changer d’épaisseur dans un stade plus avancé, ce qui peut le rendre plus difficile à couper.

  • Ongle traumatique

    Les traumatismes de l’ongle sont des lésions causées accidentellement par un choc majeur ou tout simplement par des chocs répétitifs sur l’ongle. De simples blessures telles qu’échapper un objet sur l’orteil, se cogner sur le coin d’un meuble ou le frottement dans la chaussure peuvent engendrer un changement dans l’apparence de l’ongle.

    Ces traumatismes peuvent provoquer un décollement, une cicatrice, un épaississement, un changement de couleur et même une perte de l’ongle.

  • Orteils marteaux

    L’orteil marteau est une déformation causée par un déséquilibre musculaire qui amène des contractions involontaires et asymétriques des tendons au-dessus et en-dessous des orteils. Les orteils marteaux peuvent être flexibles ou rigides. Les traitements offerts visent à stabiliser la déformation ou à corriger l’asymétrie. 

  • Onysectomie (retrait complet de l’ongle)

    L’onysectomie est une procédure qui consiste à retirer la plaque unguéale ou ongle de l’orteil sous anesthésie locale. Cette procédure peut être effectuée dans le cas d’une infection fongique avancée, d’une plaie qui se retrouve sous votre ongle et qui doit être traitée, dans le cas d’un traumatisme de l’ongle ou bien d’un arrachement partiel de l’ongle. Soyez sans crainte, l’ongle d’orteil va repousser après l’intervention.

  • Périostite

    Cette pathologie est en soi l’inflammation de la membrane qui se retrouve autour de l’os causée par une forte tension exercée par les contractions musculaires. La périostite est une blessure que l’on retrouve fréquemment chez les nouveaux coureurs.

    On distingue plusieurs types de périostites, la plus fréquente est essentiellement la périostite tibiale. La périostite entraine une douleur pendant l’activité sportive et s’estompe au repos.

  • Pieds creux

    Les pieds creux se présentent par une arche plantaire très prononcée. Il se produit une augmentation de la pression notamment sous le talon et sous les têtes métatarsiennes du pied. Il peut en résulter d’une difficulté à se chausser, une usure prématurée des chaussures, un inconfort à la marche et la formation des cors et callosités. Le traitement par orthèses plantaires est souvent recommandé afin de prévenir la progression des déformations et de limiter les déséquilibres musculaires du pied et de la cheville.

  • Pied d’athlète

    Le pied d’athlète, aussi appelé tinea pedis, est une infection fongique de la peau au niveau des pieds. L’infection en soi est très contagieuse et se transmet dans les milieux humides. Les gens qui transpirent énormément au niveau des pieds ont tendance à entretenir davantage l’infection.

    Symptômes reliés au pied d’athlète :

    • Apparition de cloques remplies de liquide
    • Irritation
    • Desquamation de la peau
    • Démangeaison fréquente
    • Mauvaise odeur
    • Rougeur localisée au site de l’infection
  • Pieds plats

    Les enfants de moins de 18 mois ont presque tous les pieds plats en raison du tissu adipeux naturel qui se situe sous leurs pieds en bas âge.

    L’arche plantaire se crée naturellement chez les enfants et se produit dès les premiers pas. Vers l’âge de 7 ans, le développement de l’arche plantaire devrait être complété. Advenant que ce ne soit pas le cas, on parle de pieds plats infantiles et un podiatre pourra proposer un plan de traitement par orthèses plantaires pour mieux guider la croissance.

    Le podiatre, de par sa formation et compétences, est en mesure d’évaluer si le développement de votre enfant est normal et suit la courbe de normalité selon son âge.

  • Psoriasis

    Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau. La sévérité des symptômes varie d’un individu à l’autre. Le psoriasis n’est pas contagieux.

    Symptômes du psoriasis :

    • Démangeaison
    • Saignement
    • Irritation
    • Inflammation
    • Plaques rouges
    • Formation d’écailles blanches argentées
  • Retrait d’un corps étranger (exérèse)

    L’exérèse est une procédure chirurgicale qui consiste à retirer un élément qui s’avère nuisible ou inutile à l’organisme. Considérant que nous marchons des milliers de pas par jour lors de nos déplacements quotidiens ou pour garder la forme, il n’est pas rare que nos pieds doivent être confrontés à des petits morceaux d’objets tels que de la de vitre ou du verre, une écharde, du métal, un poil ou simple cheveu, etc.

    Le podiatre est bien outillé pour retirer le corps étranger qui pourrait s’être logé dans votre pied. L’intervention peut être effectuée avec ou sans anesthésie locale.

  • Tendinite

    La tendinite est un trouble musculo-squelettique qui se caractérise par de l’inflammation à un tendon qui travaille de manière excessive. Au niveau du membre inférieur, la tendinite la plus fréquente est celle du tendon d’Achille. Une douleur peut se faire ressentir au-dessus du talon et derrière la cheville. Les mouvements répétitifs, la surutilisation musculaire et le mauvais alignement du pied peuvent en être les causes.

  • Transpiration excessive (hyperhidrose)

    L’hyperhidrose, communément appelée transpiration excessive, est une condition qui peut affecter les pieds. En soi, la transpiration des pieds est un phénomène tout à fait normal, mais si elle devient problématique et cause une gêne et des mauvaises odeurs, il existe des traitements efficaces pour enrayer le problème.

    Si vous avez couramment les bas humides, les pieds gelés en période de grands froids ou à l’opposé, les pieds qui brûlent en période estivale pour cause de transpiration excessive, une évaluation approfondie par votre podiatre serait bénéfique afin d’obtenir un traitement approprié à votre condition.

  • Verrues plantaires

    Les verrues plantaires sont des lésions circulaires résultant d’une contamination par un virus. Une verrue peut ressembler à une accumulation de peau avec des petits points noirs en son centre.

    Les verrues peuvent devenir inconfortables à la marche, voire douloureuses si elles sont situées sur des points de pression.

    La lésion en soi est contagieuse, donc il est important de la faire traiter pour éviter une multiplication. La transmission du virus s’effectue normalement dans les milieux humides tels que les piscines, les douches, les vestiaires et les gymnases.

Ordre des Podiatres du Québec Blanko créativité numérique